press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/8

le royaume

Avec

Arthur Fourcade, en alternance Robin Bolomier et Alice Ostfeld

Avatars-enfants en répétition

Pierre Vuaille & Clémentine Desgranges

Texte 

Agnès d’Halluin, Arthur Fourcade, Maud Lefebvre

Conception, mise en scène 

Maud Lefebvre
Scénographie 

Clara Georges Sartorio
Lumières 

Alice Nedelec
Son 

Antoine Prost
Vidéo 

Jérémy Oury
Costumes 

Stéphanie Pitiot
Régie générale et machinerie 

Tristan Gouaillier

Régie vidéo et machinerie 

Clément Fessy

Script 

Marie Madeleine Tardy

 

Octobre 2021

Théâtre de la Renaissance, Oullins 

Production

Collectif X

Crédits photos

Clément Fessy

Capture d’écran 2021-11-07 à 19.03.43.png
Capture d’écran 2021-11-07 à 19.04.01.png
fleche_gauche.png

Nous sommes à la toute fin des temps, au cœur d’une époque si lointaine que personne ne peut l'embrasser avec l’esprit. Dans cette dernière ère baptisée Le Royaume, il n’y a plus dans l’espace que des trous noirs, qui finissent tous par fusionner, par s’évaporer.

Perdu au bord d’un gigantesque et ultime trou noir, à bord d’un module, un enfant et un adulte tentent de survivre. Sorte de capitaine de bord, une voix les accompagne et semble disposer d’une puissance infinie. Mais depuis peu, le quotidien est perturbé : l’enfant fait des cauchemars. Quelque chose semble se préparer… Un événement approche. Un événement qui concerne l'essence de toutes choses, et qui va bientôt tout changer.

Tout commence par une image, une photo du grill du Théâtre de la renaissance prise par Maud Lefebvre. Il y a dans l'esthétique de cet espace quelque chose de la science fiction. La cage de scène à vue, les projecteurs, le mouvement des perches, la machinerie théâtrale, nous font penser à une grande machine, un vaisseau. Ce serait donc ça le vaisseau spatial qui nous permettrait d’embarquer le spectateur dans notre histoire : un vaisseau-théâtre, loin de l’esthétique clinique et aseptisée des films de science fiction. 

 

La scénographie suit la progression en trois chapitres de l’histoire. Tout l’enjeu technique de la scénographie du Royaume est de passer d’un espace noir à un espace blanc puis de revenir à un espace noir. Le premier espace est une capsule spatiale : Sorte de couloir noir à la face dans lequel se découpent des modules de vie. Le deuxième espace est une boîte blanche, espace organique et rituel.

Enfin le troisième chapitre marque la disparition de ce monde blanc : le spectateur tombe à l'intérieur du trou noir. 

LeRoyaume_Selections_30-09-3+.jpg
fleche.png