press to zoom

press to zoom
220406_JB-1067-Bdef
220406_JB-1067-Bdef

press to zoom

press to zoom
1/12

Nina et les managers

Avril 2022 Le 100ecs, Paris   

 

Texte 

Catherine Benhamou 

Mise en scène  

Ghislaine Beaudout

Assistanat mise en scène  

Désirée Olmi

Avec

Renaud Danner, Violaine Fumeau,

Adèle Jayle, Adrien Michaux

Scénographie

Clara Georges Sartorio

Construction

Yohan Chemmoul

Vidéo 

Sebastien Sidaner

Lumière

Raphaël Bertomeu

Son

Vincent Guiot 

Production Le regard du loup

© Crédits photo Joseph Banderet

fleche_gauche.png

Une comédienne est embauchée dans une entreprise pour faire du théâtre avec des managers.

Nous sommes dans les coulisses de l’entreprise où s’enchaînent les moments de débriefing avec la direction et où se trame la stratégie pour atteindre l’objectif réclamé par les actionnaires : faire partir 500 personnes sans avoir à les licencier.

La pièce joue sur la mise en relation de deux univers, le théâtre et l’entreprise : théâtralisation de l’entreprise et commercialisation du théâtre. Nina est une « Mouette » du 21ème siècle, comédienne qui vend son âme dans l’espoir d’un rôle au théâtre. Le manager présent sur scène, Xavier, poussé par l’injonction de performance, ira jusqu’au burn-out. Dans une pièce où la novlangue et ses métaphores sont pointées, le mot « burn » lui sera fatal.

La pièce de Catherine Benhamou s’appuie sur une expérience vécue dans une grande entreprise qui préparait un vaste plan de licenciement. La pièce est construite comme un engrenage où chaque personnage est pris à différents niveaux. La pièce démonte les mécanismes de manipulation d’un management assujetti aux appétits des actionnaires et les éléments de langage qui accompagne ces méthodes. Les spectateurs partagent les coulisses de l’entreprise, deviennent la cible des discours de l’équipe de direction, éprouvant la menace qui plane sur les salariés.

La scénographie est composée de panneaux mobiles permettant de cacher ou de dévoiler les différents espaces de l'entreprise. La salle de bain dans laquelle se retrouve secrètement le couple de direction occupe une place centrale dans le bureau, métaphore de la porosité entre sphère privée et publique. Au lointain un second cadre de scène s'ouvre sur un espace entièrement blanc, sorte de "théâtre dans le théâtre" d'où se font toutes les entrées et sorties. C'est l'espace du hors-champs, du rêve, du théâtre.  

fleche.png