fleche_gauche.png
fleche.png

Photo, volumes en papier, vidéo

Comment s’emparer de l’espace du corps comme un outil plastique à part entière ?

Ici le corps est synthétisé, déformé, reformé, inventorié. Les volumes en papier réalisés à partir de photographies macro d’un même corps nu, montrent un corps esthétisé mais déroutant par sa forme inhumaine. De ce corps ne subsiste que des fragments : pores de la peau, poils, grains de beauté, reliefs et creux... De sujet il devient objet en prenant des formes hétérogènes : en 2D ou en 3D, organiques ou minimalistes. Le noir et blanc participe de cette même démarche. 

 

Constituant une installation en tryptique, les trois volumes mis en scène dans l’espace, semblent des excroissances, des formes parasitaires déroutantes : sujets ou objets  ?

La dernière étape d’épuisement de l’espace de mon corps a été pour moi d’en faire l’inventaire, et de confronter cette matière vivante, et en couleurs, aux volumes inertes et objectivés que j’avais créés. 

Retrouvez moi aussi sur 

  • Instagram
  • Noir LinkedIn Icône